Smoking

Naissance de la queue de pie et du smoking

Ce n’est que vers le milieu du XIXe siècle que l’habit à queue remporte un franc succès et devient le costume par excellence pour se montrer en société lors des soirées mondaines. La queue de pie s’illustre dès lors comme l’habit des dandys et autres nobles de la bonne société, incontournable durant les sorties officielles, ainsi que les plus grandes occasions. À l’époque, le comble de l’élégance était de porter des couleurs sombres et sobres. C’est une tendance que la reine Victoria a contribué à confirmer, notamment au cours de son veuvage, en imposant les pièces noires. Néanmoins, la queue de pie n’est pas particulièrement confortable. Très vite, elle laisse la place au smoking qui devient très prisé avec sa veste courte qui s’inspire à n’en pas douter des vestes d’équitation. Cet habit devient un véritable vêtement d’intérieur qui se porte assez facilement en soirée. Pour être à la pointe de la mode au début du XXe siècle, les hommes le portaient accompagnés d’un chapeau. Avec la vulgarisation de la mode, le costume s’impose comme un incontournable de l’élégance masculine et ne se restreint plus aux dandys, mais convient aussi bien aux ouvriers qu’aux hommes d’affaires. Dans les années 30, le costume prend un nouvel allié pour un look toujours plus chic : les manteaux amples. Les hommes des années 40 reviennent à la mode des costumes avec une coupe droite, une influence qui tend à se poursuivre jusque dans les années 60 et ses pantalons toujours plus resserrés. Ce n’est que dans les années 80 que le costume retrouve sa forme la plus épurée, sobre et bien plus droite.

Les 7 meilleures questions sur le fil à tricoter
Dénicher les meilleurs modèles de costumes trois pièces pour homme en ligne